Trail Verbier St-Bernard 2013 Traversée

 

profil la fouly verbier

Trail Verbier St Bernard « La Traversée » (61 km – 4000 m D+) – Samedi 6 juillet 2013 départ de La Fouly à 10h00

stephane abry trail verbier st bernard 2013 61 km

Tout d’abord un grand merci aux organisateurs du TVSB pour leur invitation !

Je n’étais pas du tout préparé pour ce genre de course. Je suis plutôt un bouffeur d’asphalte et un coureur d’endurance dans l’âme. Un trail demande une préparation spécifique (maitrise des descentes techniques, savoir marcher en montée, avoir des capacités de randonneurs). Comme j’aime les défis, mercredi soir vers 21h30 je me suis dis « GO ! »

Arrivée à La Fouly samedi matin avec Anne (inscrite aussi sur La Traversée) et son mari qui nous a véhiculé (merci Sébastien !). Récupérer le dossard, déstresser, papoter, boire un verre, laisser le sac de vêtements propres que l’on récupère ensuite à Verbier…

Tiphaine Arthur (co-présidente du TVSB) me fait appeler dans la zone de départ et avec SAS Prod nous décidons que je courrai jusqu’au Grand St Bernard avec une caméra GoPro. Cool je me vois déjà réalisateur et je flippe un peu de tomber dans la descente sur le Gd St Bernard et de casser le matériel… 

10h le départ est donné, parcours roulant, je peux courir alors je m’en donne à coeur joie. A la sensation mes puls sont un peu hautes, je ralentis. On attaque la 1ère difficulté, une des 3 interminables montées. Celle-ci mous mène à 2700 mètres d’altitude dans un décor magnifique et enneigé ! La descente sur le Gd St Bernard se fait en partie sur les fesses façon je fais de la luge sans luge. Je me laisse prendre au jeu. D’autres trailers glissent sur des skis invisibles… Y a de la magie dans l’air…

J’ai fait le choix de boire beaucoup et de manger peu. Je garderai cette stratégie qui, pour ma part, me semble payante. Aux ravitos je prendrai abricots sec, un ou deux biscuits énergétiques. Pour le reste j’ai ma réserve Powerbar.

Au Col des Chevaux je fais moins le malin quand je vois la descente dans la neige… Je m’accroche à la corde de sécurité… un pied glisse… et me voilà dégringoler… je perds un bâton… un traileur derrière moi le récupère (c’est aussi ça l’esprit trail on ne laisse personne dans la mouise !). Je me stabilise sur les fesses et re-luge… Ma copine Lidwine est juste devant moi… je lui rentre dedans et je la couvre de neige… un autre participant fait de même sur moi… Bref c’est ambiance vacances :-)

stephane abry - tvsb 2013 - photo berthoud 1Jusqu’à Bourg St Pierre je peux enfin me défouler et courir. C’est certainement le moment durant lequel je dépasse le plus de traileurs et je me rends vraiment compte de ma capacité d’endurance à ce moment là. Ils sont tous meilleurs que moi en randonnée et dans les descentes. En revanche je peux rivaliser que sur un seul point : la course. Mais je ne me fais pas d’illusion sur mon chrono. Terminer est l’objectif du jour.

Ma 1ère grosse galère a lieu à quelques kilomètres de la cabane de Mille à 2500 mètres d’altitude. Gros coup de mou, nausées, ras-le-bol, je trouve le parcours interminable. Au ravito de la cabane je prends le temps de bien boire et j’évite de me stresser. Ensuite je tiens bien le coup jusqu’à Lourtier.

La dernière montée est une tuerie. Durant le parcours on parle d’elle à tout moment. La passer est une mission, un défi, la quête avec soi-même… c’est le mental qui fera tout ! Je me souvenais de la Belle, fière et rude ! Je l’avais pratiquée avec mon ami Bernard Mayencourt en reconnaissance du 110 km il y a quelques années. Cette montée est une tuerie de part son dénivelé mais aussi car on a les kilomètres dans les jambes. J’ai connu les crampes de quadriceps durant cette dernière grimpette sur La Chaux. Je montais au plus vite à 2 km/h… Quand on arrive en haut on a l’impression de revivre et on sent la fierté de tous les traileurs de l’avoir fait ! La descente sur Verbier est tout à coup une libération malgré une crampe à la cuisse gauche qui m’a fait boiter durant plusieurs longues minutes. Lampe frontale pour terminer. Une amie Sabine, sa fille et ma petite Lou-Ann m’attendaient à l’arrivée. Les filles ont couru les derniers mètres avec moi. Quelques minutes après une autre amie Sao nous rejoignait, cool !

12h10 pour 61 km… Je ne suis pas un traileur ou alors sur du terrain plus roulant. Après la course j’ai dit haut et fort « plus jamais ! ». Ce matin en écrivant ce résumé je me dis pourquoi pas une dernière fois en 2014 ?

Trail Verbier St Bernard