Vue

Retour au Lausanne Marathon

C’est avec un immense plaisir que je serai de retour au Lausanne Marathon le dimanche 22 octobre 2017. C’est un parcours que j’apprécie particulièrement pour sa beauté dans le Lavaux et avec sa vue magnifique sur le lac Léman. De plus j’ai la chance d’y être invité et c’est une belle reconnaissance dans ma pratique de la course à pied. Je me permets donc de remercier chaleureusement les organisateurs pour cette invitation.

Mon expérience au Lausanne Marathon

Autant je me suis amusé sur le semi-marathon (en solo ou en tant que meneur d’allure), autant je me suis rendu 2 fois sur les 42.195 km du parcours avec trop d’enthousiasme ! Mêmes erreurs à mes 2 participations : trop vite, trop confiant ! Mes entraînements m’indiquaient qu’il était illusoire pour ma part de passer sous les 3 heures. Jusqu’aux derniers moments de mes préparations je constatais que j’aurais beaucoup de peine à tenir un peu plus de 14.1 km/h. Il aurait été plus sage de viser les 03h15. Mais j’avais gardé espoir et comme le disait Jean-Claude Dusse : « Sur un malentendu ça peut marcher ! » Marcher oui, mais courir non ! Et sur marathon il vaut mieux ne pas trop compter sur le malentendu.

Donc dans « ma maintenant grande sagesse »… Je ne vise pas un chrono en dessous de 2 heures (sic), ni de 3 heures… mais j’apprécierais passer la ligne d’arrivée entre 03h15 et 03h30. Je vais donc avoir besoin de retravailler de la vitesse, des fractionnés courts et longs pour retrouver du rythme. Jusqu’à la fin juin je vais donc observer où j’en suis et accepter que je n’ai plus 20 ans ! A partir de mes feedbacks je pourrai viser un objectif (03h15, 03h20, 03h30…).

Tracé

Pour la distance marathon (42km195m) le dénivelé est de 185 m pour les montées et de 218 m pour les descentes; soit une différence de 54 m de dénivellation. Le point le plus haut se situe au km 1.2 à 424 m. Le point le plus bas se situe à l’arrivée à 370 m. Le parcours est donc légèrement vallonné mais au fur et à mesure des kilomètres mangés il est néanmoins exigeant si vous avez envie d’y performer. Une suggestion : pensez à inclure de longs faux-plats montants dans votre préparation et faire du dénivelé sera intéressant pour être résistant jusqu’à la ligne d’arrivée.

On en discute

Je vous invite à en discuter sur ma page Facebook – Course à Pied !

FB

 

 

 

 


 Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #abry #apnée

 

O2score logo grand

O2score pour se sentir mieux dans sa pratique sportive

Aujourd’hui j’ai envie de vous présenter les bénéfices que je retire de l’utilisation de l’appareil O2score. En fin d’article je partage avec vous les liens utiles afin que vous compreniez mieux le fonctionnement du matériel et de l’application.

Tout d’abord j’ai eu la chance d’être approché en 2015 lors du Marathon de Genève par le staff de cette société. J’ai eu droit à un rendez-vous privé afin de recevoir toutes les informations nécessaires concernant les mesures sanguines et comment les analyser. J’ai servi de références sur un ultramarathon de  longue distance, mon Tour de Suisse en Courant (1000 km en 15 jours). Les créateurs (docteur et ingénieur) avaient accès à toutes mes données afin de voir comment je récupérais sur une telle distance et avec autant d’efforts à fournir durant ces 2 semaines. D’ailleurs nous avons constaté que ma récupération était très bonne.

IMG_6202Pourquoi ?

Tout simplement car mes mesures grâce à une goutte de sang capillaire (je vous rassure ce n’est pas douloureux et très rapide) me donnent instantanément la valeur O2score (puissance de mon système antioxydant) Dès lors nous savons rapidement si ce système se renforce ou au contraire s’il s’épuise. Pour faire simple je sais si mon corps est fatigué ou au contraire en pleine forme.

Alors que faire ensuite ?

Il suffit de se référer aux propositions d’entraînements ! Je saurai donc suivant ma forme du jour si je dois courir en récupération ou si je peux faire une séance plus intensive qui permettra de développer mes capacités physiques. C’est très utile et efficace car je me suis rendu compte que si dans mes jours de petite forme je souhaitais travailler plus de vitesse eh bien ! je n’étais pas très performant dans mon entraînement. Enfin, plus vous allez affiner vos sessions de sport en étant en accord avec votre corps et plus vous pourrez déterminer ce qui se passera en vous les jours suivants (état de forme les jours à venir)

Pour qui ?

Souvent on me dit que c’est génial mais que je pratique l’ultramarathon et que c’est certainement différent et pas utile pour un coureur qui participe à de plus petites distances. Non, O2score n’est pas dédié aux élites au contraire ! Son utilisation va vous apprendre a encore mieux vous connaitre et ressentir encore plus de plaisir dans votre pratique hebdomadaire que vous couriez 2 ou 3 fois par semaine. O2score aide à se sentir mieux dans sa pratique de coureur à pied.

O2score Lancettes-et-capteursLiens utiles


Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #abry #apnée

abry 26032017 mwr17

Focalisez pour être dans votre course

Suite à un compte-rendu d’Alex (sur Facebook) concernant son semi-marathon lors du Marathon du lac d’Annecy, j’apporte ici une stratégie utilisée en préparation mentale pour se mettre rapidement dans sa course quand l’envie a disparu au départ. Je cite Alex : « … Mais dès la chauffe, pas le goût, pas de sensation, envie de vomir, pas envie de me faire mal… ». Elle était pourtant bien préparée et était accompagnée pour réaliser son objectif sur semi. Evidemment ces coups de mou peuvent arriver à chacun d’entre nous. Souvent nous n’avons même pas d’explications rationnelles à apporter.

Entrez dans la course

Quand, ou si, cela vous arrive souvenez-vous de ce petit truc tout simple qui peut grandement vous aider à trouver plus rapidement vos sensations de course. Cette astuce m’a été donnée par Roberta Antonini Philippe (docteur en psychologie du sport) :

Concentrez-vous uniquement sur vos pieds ! Eh oui ce n’est pas plus compliqué. Focalisez toute votre attention sur vos pieds, vos foulées. C’est la seule chose à laquelle vous devez penser durant quelques minutes. Effacez toutes les autres pensées, ciblez mentalement vos pieds durant le temps qu’il faudra.

Ne discutez pas avec les autres coureurs, faites le vide, « couper » votre sens auditif pour éviter d’être distrait par les bruits externes. Pour le couper il suffit de le vouloir en restant concentré sur vos pas. Ressentez le sol, votre poids à chaque foulée, gardez s’il le faut votre regard à 2 mètres devant vous, éviter de regarder au loin… Entrez dans votre coquille et n’en sortez pas tant que les bonnes sensations ne soient (re)venues. Cela ne durera pas des heures, en quelques minutes (entre 5 et 10) vous devriez être entré dans votre course.

Autre conseil : testez cette stratégie à l’entraînement afin de pouvoir lui faire appel rapidement.


Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #abry #apnée