Un passage par Deauville en novembre 2019

Pour la première fois, Deauville et la Communauté d’agglomération in Deauville ont le plaisir d’accueillir un Marathon. Afin d’être accessible au plus grand nombre, le Marathon International in Deauville vous propose plusieurs épreuves : Le Marathon en Solo, le Marathon en relais de 2 ou 4, le Semi-Marathon et un 5 km non chronométré, ouvert aux marcheurs comme aux coureurs.

Un grand merci aux organisateurs pour leur invitation à participer à leur marathon. Je serai donc de passage pour cette première édition programmée le 17 novembre 2019 !

Épreuves

Le Marathon International in Deauville propose 4 épreuves au choix :

  • Marathon : départ à 10h
  • Marathon en relais par équipes de 2 ou 4 : départ à 10h
  • Semi-Marathon : départ à 10h
  • 5 km marcheurs ou coureurs (épreuve non chronométrée) : départ à 10h15

Retrait des dossards

Ils seront à retirer sur le village marathon qui sera installé à l’intérieur du collège André Maurois, 10, boulevard Cornuché à Deauville.

Horaires d’ouverture :

  • Vendredi 15 novembre 2019, de 14h à 19h
  • Samedi 16 novembre 2019, de 10h à 19h
  • Dimanche 17 novembre 2019, de 8h à 17h

Parcours du marathon 

Un parcours à couper le souffle… Avec un départ et une arrivée des épreuves du Marathon (et du 5 km) sur le boulevard Cornuché de Deauville, le long de la mer, les participants auront le plaisir de traverser quelques-uns des magnifiques sites qui font la renommée de cette superbe région normande : le Casino de Deauville, L’Hippodrome de Touques, les haras, le Paléospace de Villers sur Mer, le marais de Blonville, la plage de Benerville, Les Planches de Deauville… Les participants disposeront de 6h pour franchir la ligne d’arrivée.

Marathon de Deauville

Marathon de Deauville

Inscriptions au Marathon de Deauville


Rencontrons-nous, partageons, échangeons

Stéphane Abry ultramarathon

Stéphane Abry ultramarathon

+33 6 52 71 26 26 (Rochefort)

contact()stephane-abry.com

Sur Facebook & Instagram

Créateur de la page Course à Pied sur Facebook (+ de 46’800 followers)

Auteur du livre « N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Shakez votre vie ! stephane-abry-coaching.com

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Presque libre pour courir

Presque libre pour courir

Celles et ceux qui me suivent depuis plusieurs années savent que depuis fin 2017 (comme ça passe vite…) ma motivation à courir avait grandement chuté. L’envie de chausser les baskets avait même complètement disparu. Ce n’était pas qu’une question d’objectifs. Non, c’était un vrai manque d’envie, d’intérêt, de satisfaction et de sens à donner à l’ultramarathon.

Si l’envie revenait, elle devait m’apporter du renouveau dans ma pratique. Elle devait être différente. Pourtant courir ce n’est que mettre un pied devant l’autre. Il n’y a en théorie pas des milliers de façons de pratiquer la course.

A moins de se libérer du passé ?

Trotter avec un autre état d’esprit ?

Etre plus libre de ses mouvements ?

Etre presque libre pour courir…

Presque libre pour courir

Presque libre pour courir

Presque libre pour courir

Depuis fin octobre 2018 j’ai couru environ 6-7 fois, entre 20 et 50 mns… Vous imaginez l’exploit ! J’ai accompagné un ami ici à Rochefort avec quelques sorties frisquettes à 5h30 et une sortie en solo à mon arrivée en Charente-Maritime.

Le soleil revenant ainsi que la montée des températures m’ont titillé. Je me voyais gambader, faire travailler les cuissots, bronzer un peu, profiter du soleil, faire de la vitamine D… Des images légères, des pensées positives et l’envie est revenue. 20 mns pour la première sortie en footing très léger et j’étais cuit ! Comme si malgré mon intention positive, le corps et l’esprit n’en voulaient toujours pas dans les faits.

Comme mon job est quand même de réfléchir, comprendre, étudier, observer ce qui se passe au niveau cognitif… J’en ai profité pour être mon propre cobaye sur ce coup-là 😉

Pour faire simple :

  • Je n’ai plus envie de courir avec le même état d’esprit qui m’a porté durant 11 années d’ultramarathon.
  • J’ai besoin de retrouver le goût de l’insouciance, comme à mes débuts (sans plan d’entraînement).
  • J’ai rangé la montre GPS : 3 sorties sans et tout va très bien ! Juste le réflexe, de temps à autre, de jeter un œil sur le poignet gauche.

Alors pourquoi « presque libre pour courir » ? Parce que quand je cours j’en profite vous observer mon environnement et j’aime faire quelques photos. Donc encore le smartphone avec moi. L’idée est de me séparer un maximum du superflu en courant. Au fond, cela correspond complètement à ma façon de vivre actuellement : me désencombrer !


Rencontrons-nous, partageons, échangeons

Stéphane Abry ultramarathon

Stéphane Abry ultramarathon

+33 6 52 71 26 26 (Rochefort) – contact()stephane-abry.com

Sur Facebook & Instagram

Créateur de la page Course à Pied sur Facebook (+ de 46’800 followers)

Auteur du livre « N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Shakez votre vie ! stephane-abry-coaching.com

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Motivation en course à pied

Motivation en course à pied

Comme dans tous domaines, tant que nous sommes motivés (même sans savoir exactement par quoi) nous nous posons guère la question : nous courons, point barre !

Le questionnement arrive plus souvent quand nous sentons la démotivation pointer le bout de son nez. C’est ce qui m’est arrivé ! Je vais vous parler de deux expériences personnelles (positive et négative), puis nous ferons le point sur ce qu’est la motivation en course à pied et enfin je vous apporterai quelques « trucs utiles ».

Une expérience motivante

Le 20 mai 2007 je reprends la course après plusieurs années d’arrêt. Très vite je prends conscience de ma capacité d’endurance. Je recours un semi-marathon à Lausanne en octobre, puis mon premier marathon à Monaco en mars 2008.

Durant l’été 2007 (quelques mois après ma reprise) je me lance le défi de courir entre Sion (la capitale du Valais en Suisse) et Paris. C’est une jolie trotte de 765 km. A cette époque je suis encouragé par certains alors que d’autres tentent de me casser. On me dit que je suis fou, que je n’ai pas l’entraînement ni les compétences… Pourtant, au fond de moi je suis convaincu, persuadé que je peux le réaliser. Je le courrai avec succès en juillet 2008.

La conviction profonde que je pouvais le faire a été mon point fort. Je ne savais pas comment m’entraîner, ni comment me préparer. Je ne connaissais strictement rien à l’alimentation et l’hydratation dans le sport. Je ne vous parle même pas de la façon que j’abordais la récupération (la quoi ?). Ma force, au-delà de mes capacités que j’ai dû développer, c’était bel et bien ma motivation à réussir. Je me croyais capable. C’est ce que nous appelons en psychologie le sentiment d’efficacité personnelle (SEP).

Une expérience pas terrible

J’ai couru mon dernier marathon à Lausanne en octobre 2017. Enfin… j’ai stoppé au 26ème kilomètre. Plus de jus, plus de jambes et surtout plus aucune envie. Je ne me voyais pas atteindre la ligne d’arrivée. Je ne m’en sentais plus capable.

Ma motivation dégringolait déjà depuis plusieurs mois. Chaque jour qui passait m’éloignait de la course. Je sais au fond de moi ce qui a déclenché cette baisse d’envie. C’est un pan de ma vie privée qui m’a tiré vers le bas comme on dit. J’ai donc pris la décision de ne plus courir dans ces conditions. Se forcer à sortir sans aucune satisfaction n’avait plus d’intérêt, plus de sens. J’ai juste gardé quelques footings de temps en temps.

Vous avez déjà quelques pistes en lisant mes 2 expériences : motivation, capable de, satisfaction…

Motivation en course à pied

Motivation en course à pied

La motivation en course à pied

Que ce soit en running ou dans n’importe quel domaine, la stratégie principale de motivation est la même :

Besoin -> clarification de l’objectif -> passage à l’action -> atteinte de l’objectif -> satisfaction (l’effet d’avoir atteint son but)

Au départ de nos vies la motivation répond à la satisfaction de nos besoins vitaux. Exemple : Bébé à faim, il veut manger, il pleure pour le faire savoir, papa/maman le nourrissent, bébé à le ventre rempli, il est satisfait, il gazouille, il dort jusqu’au prochain déclenchement de la faim.

Tous les jours nous faisons en sorte de satisfaire nos besoins vitaux. Mais dans notre société nous souhaitons aussi nous accomplir, nous lancer des défis, réussir certaines tâches plus ou moins physiques, d’autres plus intellectuelles, nous pouvons nous lancer dans de saines compétitions etc. La motivation, ce carburant de l’action est toujours en jeu. C’est parce que nous sommes motivés par quelque chose le matin que nous nous levons (toilettes, douche, petit-déjeuner, enfants, travail, sport, rendez-vous…).

La motivation en course à pied peut être intrinsèque ou extrinsèque. Venir de vous, vous courez pour vous, pour maintenir votre forme, pour changer de silhouette, pour sentir l’air entrer dans vos poumons, faire du bien à votre corps… Ou venir de l’extérieur, reconnaissance de la part du public, des autres coureurs, de votre conjoint(e) etc… Interne ou externe n’est ni bien ni mal. Toutefois, force est de constater qu’il vaut mieux dans le temps posséder une motivation interne qui ne dépend que de vous, plutôt qu’une venant de l’externe qui ne dépendra donc pas de vous et qui variera suivant les situations.

Comment bien définir sa motivation en course à pied ?

  • Etre franco avec vous-même sur votre motivation qu’elle soit interne ou externe (pour votre forme, pour sortir de votre maison, pour vous défouler après le job, rencontrer des potes, faire partie d’un club, pour l’ambiances des courses, visiter des villes ou des coins de nature, gagner, être reconnu, améliorer vos records personnels…)
  • La satisfaction (la notion de plaisir) est donc personnelle et peut donc varier d’un coureur à un autre. C’est le Graal !
  • Déterminer ensuite vos objectifs en rapport avec vos valeurs et la satisfaction attendue. Puis, passez à l’action !
  • Il faudra évidemment structurer les entraînements, manger des kils et du fractionné. Définir des sessions spécifiques de training suivant le profil et le kilométrage des compétitions. Etre attentif à l’alimentation et l’hydratation. Bosser le mental… tout ça c’est l’action. Ou au contraire, si vous courez pour le fun, être plus cool, plus spontané. Vous régulerez vos entraînements suivant vos envies…
  • Si vous êtes en accord avec votre motivation et votre recherche de satisfaction, vous vous engagerez dans de belles aventures qui vous ressembleront et vous garderez plus aisément l’envie. En quelque sorte vous serez congruent, aligné et… il est fort à parier que vous maintiendrez un sentiment d’efficacité personnelle élevé.

Si vous souhaitez garder votre motivation à un haut niveau, renforcer vos pensées positives, comprendre précisément votre stratégie pour vous motiver, j’en parle volontiers avec vous !


Rencontrons-nous, partageons, échangeons

Stéphane Abry ultramarathon

Stéphane Abry ultramarathon

+33 6 52 71 26 26 (Rochefort) – contact()stephane-abry.com

Sur Facebook & Instagram

Créateur de la page Course à Pied sur Facebook (+ de 46’800 followers)

Auteur du livre « N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Shakez votre vie ! stephane-abry-coaching.com

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie