Apnée domaine des Iles1

Apnée et ultramarathon

Un nouveau souffle grâce à l’apnée

De nombreux coureurs m’ont souvent invité à pratiquer un sport supplémentaire (en plus de l’ultramarathon) afin de développer de nouvelles capacités ou renforcer celles déjà existantes. Nous parlons alors d’entraînements croisés. Souvent, à l’image de nos ami(e)s triathlètes, nous pouvons croiser avec le vélo et/ou la natation. Mais c’est aussi possible avec d’autres sports (ski de fond, ski à roulettes, fitness pour le renforcement…). Je n’en avais jamais ressenti le besoin.

Une baisse de motivation particulièrement forte en 2016 (l’impression d’avoir fait le tour de la course) m’a stimulé tout compte fait à lorgner sur une autre activité. Ma rencontre avec l’apnée, que je pratique juste pour le plaisir et sans recherche de performance, m’a fait entrer dans un nouveau monde qui est un excellent complément à l’ultrafond. Je découvre des sensations de calmes qui m’étaient quasi inconnues jusqu’à maintenant. C’est un excellent pilier pour le développement personnel et la connaissance de soi. Un exemple ? Savoir me maîtriser quand j’ai l’impression d’être à 20 mètres sous l’eau alors que je ne suis qu’à 4 mètres.

Le renouveau

Du coup je serais presque tenté d’aller découvrir en plus, le yoga et la méditation. Et, moi qui ai toujours crû que l’eau n’était pas mon élément, je me surprends à être en manque par moment. Cette plongée dans cet univers de calme, de détente et d’harmonie (même si je suis loin de nager comme une sirène, j’ai plus le style baleineau…) m’apporte un renouveau dans la course à pied.

Par exemple, finir un footing par une vingtaine de minutes à travailler ma respiration, couché dans l’herbe, est quelque chose de totalement nouveau pour moi. Et vous savez quoi ? J’y prends un sacré plaisir ! Mon approche de l’ultra et sa pratique sont en train de changer. J’ai toujours l’envie de manger de la route et des kilomètres mais avec une approche plus sereine. Difficile encore de l’expliquer concrètement. Si j’avais plus de cheveux, je vous dirais que je pourrais l’aborder d’une manière plus hippie que sportif. J’ai vraiment le désir de lier consciemment corps et esprit d’une façon harmonieuse. Je ne suis qu’au début de ma nouvelle vision de l’ultra-endurance et l’envie de changement est bien là. Présente. Envahissante. Porteuse d’un renouveau.

Je tiens à remercier vivement Amalia Dini (présidente du club Happy Fins) de m’avoir apporter un regard positif et doux sur l’apnée. Grâce à son enseignement je découvre plus de sagesse dans la course et c’est un sacré pas !


Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #abry #mongoliaruntrip

Stéphane Abry 10022017

Entraînements croisés

Petite semaine sportive du mardi 7 février 2017 au dimanche 12 février 2017 mais intéressante pour un début de mise en pratique de mes entraînements croisés, ultramarathon et apnée. Ce n’est pas encore totalement structuré mais avec ma coach en apnée, Amalia, on adapte, on gère et on régule afin de trouver la combinaison efficace.

Entraînements course à pied

Aucune sortie longue cette semaine, du court pour travailler le rythme (même si je ne taquine pas les 18 km/h) et du dénivelé pour bosser la respiration, le cardio et refaire des quadriceps. J’arrive donc à un kilométrage plutôt faible de 58 km avec cela dit de bonnes sensations. Je mets de côté une jolie chute vendredi en pleine nature où je me suis allongé de tout mon long suivi d’unmagnifique roulé-boulé. Plus de peur que de mal… je dois absolument oublié ma foulée de routard quand je cours sur les chemins. Il y a bien un jour où cela va s’inscrire dans ma petite tête !

Stéphane Abry apnée 05022017Entraînements apnée

Pour le moment j’ai beaucoup de liberté sur la gestion de mes sessions « à sec », donc hors de l’eau. Je cherche surtout à ressentir ce qui se passe en moi dans les phases d’apnée : sensations de déglutitions, contractions du diaphragme, augmentation de la température corporelle, pensées parasites contre pensées parades (esquives), impressions réelles ou non du gonflement du ventre, zones de tensions (visage, nuque, épaules, bras, buste, jambes…), importance de l’auditif qui serait une ressource pour moi (sons externes) et mon dialogue interne qui m’est primordial (« reste calme », « détends-toi »…). Je note chaque timing en apnée depuis cette semaine, mon record perso est de plus de 3 minutes (la moyenne pour un homme entraîné se situe entre 5 et 6 minutes). Pour vous donner une référence avec la course mes entraînements en apnée ressemblent à des sessions à de fractionnés.

Mes objectifs : plaisir, développement personnel, avoir une bonne capacité à retenir ma respiration pour m’amuser sous l’eau et aussi développer mon efficacité en course à pied.

Demain j’ai rendez-vous avec mon autre coach… celle qui s’occupe de me faire travailler mes triceps et mes abdos !

Je vous invite à prendre de l’info sur les influences réciproques des entraînements apnée/cap


Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #inspiration #motivation #abry #apnée

Stéphane Abry initiation à l'apnée

Apnée : initiation

Voilà ! Je me suis lancé ! Initiation à la pratique de l’apnée et grosse envie de recommencer ! Loin de moi l’idée de dire que j’ai compris l’apnée. Non, juste l’envie de vous faire partager cette 1ère approche.

Pourquoi l’apnée ?

Bonne question ! Comme il m’est souvent difficile d’exprimer ce qui se passe réellement quand je cours de longues distances. Cependant j’y vois une nouvelle clé pour une meilleure connaissance de moi-même, descendre dans mon inconscient, vivre une forme de « psychanalyse », renforcer mon développement personnel…

L’approche

Mon côté « ultra » a été un frein pour tester l’apnée. Je voulais être certain de ne pas m’aventurer dans des eaux trop profondes ou si cela devenait le cas (j’en suis bien loin) y plonger en toute sécurité et avec beaucoup de sérieux. Il était pour moi essentiel de me sentir en confiance avec la personne qui m’accompagnerait lors de mon initiation.

Ce premier cours a été vécu comme une récréation. Cependant on se prend vite au jeu de tenir quelques secondes de plus, de nager un peu plus loin mais ce n’est pas tout…

Stéphane Abry apnée 29012017 1

Stéphane Abry initiation à l’apnée

L’initiation

Le rendez-vous était pris en piscine et les surveillants étaient au courant de notre pratique (sécurité).  J’ai été vite plongé dans le bain. De la brasse (à ma façon) pour voir comment je bouge, constater ma souplesse légendaire… le tout sous les yeux de ma coach qui nageait à côté de moi la tête sous l’eau pour étudier mon cas ! Comme l’idée était surtout de s’amuser j’ai eu quelques infos sur comment inspirer, me lancer, nager avec des palmes… afin d’apprivoiser mon tout début en apnée. Plusieurs exercices ont suivi avec et sans planche, palmes, mono-palme sans retenir la respiration. Et puis je me suis testé : traversée de la piscine en apnée avec palmes (mon premier 25 mètres en douceur) et toujours accompagné centimètres par centimètres. Respirer, récupérer, débriefer, améliorer 2-3 gestes (enfin… tous les gestes :-) ) et recommencer à mon rythme sans pression, tranquillement jusqu’aux 30 mètres.

Feedback

Je voulais, j’ai eu. Je me suis senti en confiance durant ces 2 heures dans l’eau. Je me suis pris au jeu. J’ai apprécié les sensations. Comme on dit « j’ai kiffé » ! J’ai découvert un monde riche en ressentis, rempli de techniques à apprendre et je suis reparti crevé par cette expérience. Pas de courbature particulière à part quelques légères pressions musculaires mais une fatigue qui s’installe petit-à-petit. L’apnée est un sport complet (pensées, ressentis, physique) et je me réjouis de découvrir les liens à faire avec l’ultramarathon. On m’a souvent demandé si je pratiquais les entraînements croisés (par exemple course, vélo, natation, ski nordique ou encore ski à roulettes) et je n’avais pas trouvé un autre sport qui me motivait suffisamment pour m’y mettre. Je pense trouver mon équilibre avec l’ultrafond, le renforcement musculaire et l’apnée que j’ai envie de vivre. Je ne cherche aucune performance en apnée juste apprécier cet état qu’elle déclenche.


Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #inspiration #motivation #abry

Apnée http://www.immersion-profonde.ch

Apnée & ultramarathon

Peux-tu me dire ce qui me pousse non pas à courir longtemps mais à repousser mes limites ? Peux-tu me dire ce qui pourrait bien me pousser à chercher de longs moments fluides sous l’eau ? Le fait de vouloir repousser mes propres limites est pour moi vital, une façon de me sentir vivant, une manière de me sentir Moi, des moments durant lesquels je plonge dans mon inconscient, me découvrir encore et encore, trouver des réponses sans me poser de questions… m’aventurer dans l’au-delà, sur cette longue route droite et vallonnée qui mène au cœur de l’esprit.

Baikal

« Dans les forêts de Sibérie » – Lac Baïkal

Et puis il y a l’apnée qui est en train de m’appeler depuis un moment déjà avec la rencontre de l’apnéiste suisse David Fournier. Nos discussions ont cheminé dans ma petite boîte crânienne. Elles m’ont toujours fait un peu peur car être sous l’eau en retenant ma respiration ce n’est pas tout à fait la même chose que courir loin. Mais j’y vois un complément à l’ultrafond et à mon attirance pour les grands espaces.

Ultramarathon & apnée ?

Depuis le mois d’août je travaille en tant que préparateur mental avec Amalia qui est apnéiste. Au fil de nos séances je comprends mieux (en théorie) cet univers passionnant, hypnotisant et attirant. Le week-end passé j’ai eu la chance de pouvoir l’accompagner à Belfort (France) lors d’une compétition et de pouvoir partager sur l’apnée avec d’autres participants (Florie, Youssef). Les avoir vus en vrai, évoluer, nager, glisser sous l’eau comme des poissons et évidemment rester longtemps… longtemps… longtemps complètement immerger dans le 4ème élément m’a attiré. J’ai aimé l’ambiance, le calme, la zen-attitude, la souplesse, la fluidité, la force mentale dont ils ont besoin, la connaissance de leur physique, la gestion de leur respiration… Je savais que je ne reviendrais avec une idée en tête. Elle n’est pas encore totalement définie mais ça mijote. En tout cas le premier pas va certainement être celui de « se jeter à l’eau » !

Photo apnée : Immersion Profonde


Partageons aussi sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/stephaneabrycoaching & www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Hashtags

#ultrabry #ultramarathon #inspiration #motivation #abry