Inverse

Découvrez Inverse et courez en Inverse

Courir en Inverse

Hier j’ai reçu un joli paquet avec à l’intérieur une dotation de la marque Inverse. Un premier colis tout beau tout chaud avec short, t-shirt, chaussettes et sweat !

Evidemment je trépignais d’impatience et j’avais hâte d’être à aujourd’hui pour enfiler le short et le t-shirt de la collection Fast. Des vrais gamins ces coureurs !

Inverse

Inverse

Ceux qui me suivent régulièrement auront de la peine à me croire : j’ai délaissé la route pour les chemins ! J’avoue que je cherchais de l’ombre (que je n’ai pas trouvé).

Cependant ça tombait bien, puisque dans la description des produits Inverse, on nous informe que l’humidité se disperse rapidement et que nous restons au sec.

Avec la chaleur du jour cela n’empêche pas le corps d’ultra-transpirer 😉 C’est un t-shirt que j’essaye, pas une climatisation… Mais effectivement la matière sèche très vite et elle est légère à porter.

Coup de coeur pour le short de la collection Fast qui est très léger. Il nous donne presque l’impression de courir en étant nu et culotté ! J’aime bien l’élastique comme pour les caleçons et les boxers, qui tient bien juste en-dessous des abdos 😉 , qui ne sert pas et qui permet de se sentir très à l’aise. La coupe ne gêne pas la foulée. Jolie découverte.

Inverse

Inverse

Sweat Inverse Fast

Je ne vais pas vous mentir, il n’est pas destiné pour la course en plein été ! Il se porte en automne-hiver-printemps. Il a même un côté streetwear très sympa.

Je peux aussi l’imaginer aussi pour l’après course, pour des balades sur les chemins de montagnes et même dans une situation décontractée (jean’s, baskets) mais je m’égare !

J’aurai encore l’occasion de vous parler de la marque Inverse. Enfin, pour votre fidélité à mon site et sur mes comptes (Facebook et Instagram) je vous propose un code de réduction sur vos achats de la marque.

Profitez de mon code pour vos réductions !

Hors période de soldes et grâce au code stephane_abry_ultramarathon-inverse vous bénéficiez de 15% de réduction sur vos achats ! (Lors de votre paiement -> section « Bon de réduction » -> indiquez le code stephane_abry_ultramarathon-inverse dans la case « Code du coupon »)


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Créateur et administrateur de la page Course à Pied sur Facebook (+ de 46’000 followers)

Livres

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

« Ce qui ne tue pas » (Amazon Kindle)

Mon site de coaching (personnel & entreprise)

stephane-abry-coaching.com

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Ultra sacré

Ultra SAcré ultrawalking

Ultra SAcré ultrawalking

Le grand projet d’une vie, de la mienne en tout cas et peut-être bien celui-ci !

Cette fois-ci nous parlerons plus d’ultrawalking que d’ultramarathon même si je ne délaisse pas la course.

Ultra SAcré : pourquoi ?

Vous avez certainement déjà ressenti dans votre vie un besoin de changement (peu importe les raisons). Je ne parle pas de juste goûter une nouvelle pizza ou de savoir quel vêtement vous pourriez mettre le matin, histoire de changer. Non ! J’évoque ici un besoin de changement profond. Comme si une partie de vous, qui s’était planquée, depuis de (trop) nombreuses années, souhaitait émerger.

Et un jour, au fil d’une discussion, cette partie qui ne demande qu’à respirer fait surface. Le cataclysme est trop puissant pour être ignoré. Tout ce que vous aviez senti, même intuitivement ou surtout intuitivement, vous fait face et remue tout votre être. Cette expérience devient une évidence : « je dois prendre la route, les chemins de traverse, pour apprendre encore sur moi et grandir ! »

J’écrivais que peu importe les raisons. Sous-entendu à chacun sa part secrète. La mienne je la connais. Elle est terriblement présente et en tant que coach j’ai tenté plusieurs solutions pour la comprendre. En vain… Alors si je veux faire la paix avec elle, il est de mon devoir d’essayer encore et encore. Tenter une autre solution qui m’apportera, je l’espère certaines réponses.

Ultra SAcré parcours

Ultra SAcré parcours

Ultra SAcré : comment ?

Sans entrer dans les détails. il me faut partir à la rencontre de qui je suis et certainement à un niveau que je n’ai pas encore atteint. Ce rendez-vous se fera en marchant. La course pour une fois me servira de « récréation », de « pause ».

Je veux que cet ultrawalking soit une épaule à laquelle je me tiendrai pour continuer mon développement personnel. Je souhaite témoigner de mon parcours physique et « spirituel ». L’écriture sera un atout majeur. Mes articles seront à lire ici ou sur les réseaux sociaux (surtout Facebook) et j’ambitionne d’en faire un ou plusieurs ebooks.

J’ai fixé la date au 17 septembre 2018 pour des raisons personnelles et familiales. J’ai décidé de faire le pari de « quoiqu’il arrive j’y vais ! » Aurais-je trouver les partenaires ? Aurais-je un minimum de financement ? J’y travaille. Mais… si je n’ai pas tout ce qui me permettra de partir sereinement, je me lancerai quand même.

J’ai évalué ce parcours à 5’000 km et environ 300 jours. Encore une fois le but n’est pas d’établir un record, mais bel et bien d’être dans une démarche de connaissance de soi et… de rencontres.

Partager, rencontrer, interviewer, discuter, relater et soutenir les autres sont aussi des aspects importants de cet Ultra SAcré !

Rendez-vous sur les différentes pages du site !

Vous avez de me soutenir dans ce nouveau défi ? Un intérêt pour du partenariat ? Prenez contact avec moi !


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Mon site de coaching (personnel & entreprise)

stephane-abry-coaching.com

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie #ultrasacré

Abry course

Hymne à la course à pied

Sur les chemins ou sur les routes tu nous permets d’affirmer qui nous sommes. Au-delà des apparences et des jolis clichés, avec toi c’est toujours cash. On ne peut pas se mentir en te pratiquant. Ça passe ou ça casse. L’ensemble de notre être s’équilibre dans l’effort, il s’adapte sans cesse au rythme des foulées. C’est en harmonisant notre esprit à nos ressentis et à notre enveloppe charnelle que tu nous fais vivre des instants magiques, grands, beaux.

Que notre quête soit en footing ou en recherche de performance, tu nous aides à découvrir nos forces et nos faiblesses. Tu ouvres un champ des possibles. Ce que nous croyions impossible devient réalisable. Des premiers pas un peu gauches aux milliers de kilomètres parcourus, nous découvrons en nous des ressources insoupçonnées. Grâce à toi certains retrouvent le goût de l’effort, la santé physique et psychique et l’envie d’aventures même en courant tous les jours dans leur quartier. Nous voyageons du bord de la mer jusqu’aux chemins escarpés. Nous nous évadons dans nos caboches en rêvant de lui, d’elle, de tout…

Combien de vies as-tu sauvées ? Combien de personnes as-tu motivées ? Combien de rencontres avons-nous célébrées grâce à toi ? Car malgré la solitude du coureur dans la difficulté, tu crées de magnifiques rencontres. Tu scelles des amitiés. Tout là-haut dans les montagnes, et le long des routes d’ultras, tu permets aux femmes et aux hommes de retrouver leur humanité dans l’aide et le soutien.

Gommés les statuts sociaux quand nous transpirons et grimaçons. Filles et fils de la rue ont tout autant leur place que n’importe qui d’autres. Jeunes ou plus âgés, nous sommes nus. Nous sommes nous. Dans le plaisir ou dans les pleurs. Dans la facilité comme dans le défi. Dans la joie de se surpasser nous nous ressemblons. Bouffeurs de kilomètres ou coureurs amateurs, vainqueurs ou bons derniers, nous construisons notre histoire de runner.

Notre soif de courir percute de plein fouet nos croyances. Notre goût de ne pas lâcher nous aide à connaitre nos limites. Les heures à courir nous font descendre en nous pour remonter plus forts. Ton aide est précieuse pour apprendre sur notre personnalité. En suivant ton chemin, nous nous engageons dans certains déserts révélateurs et dans des oasis de bien-être.

Oui ils nous arrivent de pleurer quand c’est difficile mais aussi en passant la ligne d’arrivée. Riches de nos sensations, de nos émotions à fleur de peau. Fiers d’avoir couru pour nous ou pour nos amours, nos enfants, ou encore en hommage à celles et ceux qui ne sont plus parmi nous.

Pour beaucoup, tu es le jalon qui redonne du sens à leur vie.


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Mon site de coaching (personnel & entreprise)

stephane-abry-coaching.com

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Sponsoring

Sponsoring de vos projets de course à pied

Je reçois régulièrement des demandes de renseignements concernant la recherche de sponsoring et de partenariat pour assurer les saisons de courses ou encore pour concrétiser un projet, un rêve. Il n’y a pas de réponse toute faite mais quelques bases.

Votre dossier de sponsoring

Tout d’abord il est utile que vous montiez un dossier béton qui va vous présenter ainsi que vos objectifs. Votre dossier, comme un cv, doit vous permettre de décrocher un rendez-vous.

Indiquez votre parcours (course, job, autres passions, philosophie de vie). Faites rêver vos éventuels partenaires avec votre projet. Faites connaitre les valeurs que vous défendez.

Les chiffres

Les entreprises que vous allez contacter cherchent avant tout un retour sur investissement (se faire connaitre, asseoir leurs valeurs, faire découvrir un nouveau produit, augmenter les ventes, attirer la clientèle…). Cela ne sert à rien de pester contre les entreprises qui vous répondent négativement. Elles ont leur budget partenariat à respecter, elles ne sont peut-être pas intéressées par votre projet, mais elles seront peut-être vos sponsors pour un autre objectif. Quelques fois elles peuvent soutenir « par amitié » mais n’oubliez pas que le rôle d’une entreprise est de faire du business.

Chiffrez ! Les chiffres, surtout en entreprise, ont souvent plus de poids que tout autre argument : heures de courses, budget, nombre de kilomètres, nombre de baskets usées, litres d’eau bus chaque jour, calories consommées quotidiennement durant votre défi etc…

Soyez au clair avec vos dépenses et investissements. Si vous courez à l’étranger vous aurez de nombreux frais (avion, hébergements, assurances, véhicules, accompagnant…). Ne minimisez pas vos dépenses en pensant qu’il sera plus simple de décrocher du sponsoring. Vos interlocuteurs veulent de la clarté, que votre budget soit à 4 ou 5 chiffres (ou plus). N’oubliez pas que vous traiterez avec des personnes qui gèrent elles-mêmes d’importantes sommes d’argent. J’ai moi-même discuter avec des spécialistes marketing et sponsors qui ont pointé mes projections comme étant trop faibles…

Plan médias

Si votre projet est vraiment costaud pensez au plan médias (articles, éventuellement publicités financées grâce aux sponsors). Prenez contact avec les services pub/marketing des médias qui vous fournirons volontiers un devis. Ce plan média peut devenir la clé de votre dossier car vous offrirez de la visibilité de masse à vos sponsors.

Sponsoring

Sponsoring

Sponsoring individuel

Le sponsoring sportif individuel est difficile à décrocher à moins de vous appeler Roger Federer. Ce n’est plus en plaçant un logo sur un t-shirt et une bannière sur votre site que vous allez satisfaire vos partenaires. Les entreprises désirent de plus en plus du « vrai » partenariat. Il doit y avoir cette fameuse « valeur ajoutée ».

Elles sont de plus en plus friandes de conférences, de coaching de leurs collaborateurs, d’animation d’ateliers… Elles doivent et souhaitent être partie intégrante de votre but. Et c’est là qu’il vous faudra être créatif et certainement multitâches. Vous devenez coureur, photographe, vidéaste, community manager, conférencier…

Plus votre réseau de contacts est important plus il vous sera facile d’approcher les bonnes personnes. Les coureurs qui font partie d’un club, qui sont actifs dans des associations, connus dans leur région… trouvent plus aisément du partenariat.

  • Pour ma part je fais bien la différence entre sponsoring (finances) et partenariat (offre de services, matériel…). Je me permets de vous rendre attentif à un point : n’acceptez pas du matériel qui ne vous sert à rien. Cela peut paraître évident, mais nous tombons vite dans le « youpi un nouveau partenaire ! » qui au bout du compte ne nous apporte rien. Exemple, est-ce que vous offrir une batterie de casserole est vital pour votre projet ? 😉

Les startups

De mon expérience, les startups sont très ouvertes aux sponsoring et partenariats. Souvent les discussions sont très cool et très ouvertes autour d’un café. Elles ont besoin de se faire connaitre et apprécient que vous utilisiez leurs produits (applications ou autres). Les grandes entreprises au contraire ne seront que peu (pas) intéressées par du sponsoring individuel.

Les facteurs

  • Le facteur « chance » n’est pas à exclure. Evidemment il faut le provoquer…
  • Le facteur « je sème aujourd’hui pour récolter demain » est aussi à prendre en compte. Certains de mes partenaires me suivaient depuis des mois sur le web… et je ne le savais pas. Jusqu’au jour où ils prenaient contact.
  • Le facteur « faire savoir » est aussi un levier pour la réalisation de vos projets. Si on ne sait pas, on ne peut pas vous aider…

Exemple de dossier de sponsoring

Ici mon dossier de sponsoring pour mon projet Ultra SAcré : Ultra SAcré partenariats

Malgré ces quelques points et même si votre projet est magnifique et que vous y croyez dur comme fer, vous n’attirerez peut-être pas les soutiens. N’oubliez pas, vous devrez toucher beaucoup de monde pour convaincre une entreprise de vous suivre. Cela dit, ça vaut le coup d’essayer !


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Ultramarathon visualisation

Visualisez correctement votre réussite

La visualisation dans la préparation mentale est une technique très puissante pour réussir vos courses d’ultramarathon. En quelque sorte, elle donne la ligne de conduite à votre cerveau et permet de définir le but à atteindre dans les meilleures conditions.

S’imaginer comment vous allez réussir va déclencher des pensées et ressentis positifs. Vous pourrez définir vos comportements, votre gestuelle de coureur et ancrer en vous une forte ressource positive.

Je prends souvent l’exemple des skieurs que l’on voit avant leur descente refaire mentalement la piste. On les observe totalement concentrés et mimant la course parfaite pour eux. Cette visualisation a peut-être été répétée des dizaines de fois, voire des centaines, pour que le cerveau s’imprègne totalement de l’objectif. Cela peut paraitre étrange, mais pour notre cerveau c’est « comme si » c’était vrai. L’idée est de « tout simplement » reproduire physiquement ce qui a été travaillé mentalement. Ces skieurs voient et ressentent la piste, la glisse, la neige, leurs jambes, leurs corps, leur vitesse… ils y sont, ils vivent déjà leur compétition. Ils se préparent à être au top.

Comment travailler votre visualisation ?

Le principe de la visualisation est simple. Cependant cela demande de la discipline et de la constance dans votre préparation mentale. Il est toujours utile de rappeler que sans persévérance et entraînement il est illusoire de vouloir performer 😉

L’idéal est de vous poser chaque jour plusieurs minutes. Par exemple avant de vous endormir ou à tout autre moment qui vous conviendra. Fermez les yeux et imaginez votre course parfaite (comme les skieurs). Visualiser ne concerne pas que les images. Entendez les sons, votre chanson préférée si vous aimez courir en musique, les encouragements de vos proches aux ravitos. Soyez aussi attentif à votre dialogue interne (comment vous vous parlez). Répétez vos phrases ou mots qui vous motivent. Vivez à fond, profondément votre ultra, comme si vous y étiez. Ressentez les sensations positives. Courez en vous voyant réussir votre épreuve jusqu’à la ligne d’arrivée.

Quels sont les points à respecter ?

  • Avant : plongez-vous dans votre ultra sur route ou dans votre ultratrail. Au risque de me répéter, recommencez cette visualisation positive tous les jours pour ancrer fortement cette expérience interne.
  • Attention : votre objectif doit rester réaliste et réalisable… si vous courez les 100 km en 12 heures, vous voir passer du jour au lendemain en-dessous de la barre des 8 heures ne l’est peut-être pas 😉
  • Pendant : la route et les chemins sont longs… réactivez cette ressource le nombre de fois nécessaire durant votre compétition afin de faire resurgir les ressentis positifs. Encouragez-vous. Développez votre motivation interne en pensant à la satisfaction que vous aurez d’avoir réussi.
Ultramarathon visualisation

Ultramarathon visualisation

La visualisation, une baguette magique ?

Non ce n’est pas une baguette magique. C’est un outil qui va vous mettre dans de meilleures conditions de course et qui vous offrira plus de chances de réussir. La qualité de votre entraînement mental fera la différence. Issue de l’observation du comportement humain, la visualisation vous permet de mieux aborder votre ultra car nous sommes guidés par les buts.

Transposer la visualisation à d’autres domaines de votre vie ?

« Transposer » est très souvent utilisé en coaching. Ce que nous apprenons dans un domaine (ici le sport) peut être transposé à d’autres domaines de votre vie. Dans le cas qui nous occupe, la visualisation vous servira pour parler en public, mieux aborder un entretien, être plus à l’aise dans vos journées etc… C’est un outil puissant qui mérite d’être utilisé ou au moins d’être essayé pour en retirer un maximum de bénéfices.


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Muscler son mental

Le mental un muscle à entretenir régulièrement

Lorsque l’on parle de préparation mentale, ça veut bien dire ce que ça veut dire : préparer son mental ! C’est donc un entraînement qui l’est bon de réaliser régulièrement, voire quotidiennement, suivant vos objectifs et votre façon de vivre votre vie d’ultramarathonien ou d’ultratrailer.

Comme la préparation stratégique d’une course, l’entraînement physique ou encore le côté technique d’une course (je pense là particulièrement aux trailers), il est important de muscler votre mental.

Ma récente expérience

Pour celles et ceux qui l’ont vécu, il suffit de faire une longue pause voulue ou non (blessure par exemple) pour s’apercevoir que le mental est tout à coup moins performant, moins aiguisé… notre cerveau cet organe exceptionnel peut aussi très facilement devenir une vraie « feignasse ». Bossez moins votre mémoire et elle devient moins bonne. Lisez peu et la concentration sur les textes perd en efficacité. Réalisez peu une tâche et vous aurez plus de peine à vous y remettre etc. Bien sûr, il suffit de réactiver les processus et les bonnes habitudes reviennent… idem pour votre mental.

(Je vous invite à vous intéresser à la neuroplasticité pour mieux comprendre le phénomène de réactivation).

Pour ceux qui me suivent régulièrement, vous savez que je suis passé il y a quelques mois par un gros manque d’envie de courir. Ma tête était ailleurs avec d’autres préoccupations. Quand j’ai repris mes sorties (en dehors du fait que j’avais le physique à retravailler) j’ai constaté que mon mental ne suivait plus comme avant. Alors que j’en avais fait une force, je me trouvais dans une situation assez inconfortable : difficulté à tenir mes objectifs, patience mise à mal, plus de peine à déclencher mes pensées positives… bref il me fallait remuscler mon mental et retrouver les bonnes habitudes.

Au lieu de paniquer, j’ai remis en place mes fondamentaux en réactivant petit-à-petit les processus longuement entraînés par le passé.

Pour ma part j’agis sur la visualisation et surtout sur mon dialogue interne (la manière dont je me parle). Si en courant je commence à me dire que mon entraînement a assez duré, que je serais mieux devant mon ordi en sirotant un soda ou que je me trouve toute autre excuse pour rentrer… eh bien ! je risque de le faire et de créer une habitude.

Hier encore, une partie de moi m’encourageait à courir et en même temps je me disais que marcher n’était pas très grave. Et c’est vrai, marcher ne changerait pas le court de la vie. Cependant il est facile de tomber dans ce cercle vicieux alors que notre corps est tout à fait apte à courir. En prenant conscience de mes pensées et de mon dialogue intérieur, j’ai switché en passant de « marcher serait plus cool » à « je peux courir encore quelques minutes ». Du coup, que s’est-il passé ? Je n’ai pas arrêté ma course et cela m’a permis de faire l’expérience du possible et de retrouver de la satisfaction, celle de l’avoir fait !

De plus cela crée une nouvelle expérience positive que j’intègre et qui me servira de ressource : j’ai réussi, je peux le refaire, j’en suis capable malgré la difficulté.

En quoi cela est utile de forger son mental ?

Bossez votre mental pour agir évidemment sur vos pensées, mais aussi vos ressentis et émotions, et vos comportements de coureur pour :

  • Gérer votre stress et votre anxiété
  • Mieux supporter la fatigue, les douleurs musculaires
  • Développer votre patience
  • Rester lucide (surtout lors de très longues distances. Note perso : cela mériterait un article)
  • Vous détacher du regard des autres
  • Atteindre vos objectifs
  • Booster votre motivation
  • Mieux vous connaitre (forces et faiblesses)
  • Avoir les bonnes réactions quand vous êtes dans le dur
  • Maintenir des pensées positives
  • Utiliser vos ressources au bon moment
  • Rester centré sur vos sensations et savoir les décoder

Conclusion

En musclant votre mental vous vous donnez plus de chance de réussir et ces forces apprises dans votre activité de coureur pourront être transposées dans votre vie de tous les jours ou dans votre job. Il y a donc tout à y gagner 😉

Besoin d’un accompagnement pour muscler votre mental ? J’en parle volontiers avec vous


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Semelles Noene Invisible SOS 1

Semelles pour soulager un genou douloureux

Des semelles pour prendre les choses en main !

En 2016 lors d’un footing avec un ami, je suis tombé lourdement sur mon genou gauche (points de sutures, un mois et demi avec une jambe que je ne pouvais pas plier et plusieurs jours ensuite pour me remettre à courir).

Les radios n’ont rien montré de spécial, donc tout semble ok. Cependant il m’arrive de ressentir des douleurs après de longues sorties ou des entraînements plus rythmés. On n’a plus 20 ans 😉

Noene semelles Invisible sos 1

Noene semelles Invisible sos 1

Semelles livrées à la maison

J’ai donc reçu à la maison les semelles NOENE INVISIBLE SOS 1. Ces semelles se placent sous celles de nos baskets. Elles sont très fines, s’adaptent parfaitement et ne gênent en rien (1mm d’épaisseur). Les objectifs de ces semelles sont d’absorber et disperser l’impact.

  • Aident à réduire les douleurs au niveau des genoux, des jambes et des pieds.
  • Réduisent les risques de ténosynovite du pied (inflammation de la gaine des tendons) et de tendinite du talon d’Achille.
  • Réduisent les risques de certaines lésions dues à la surcharge des membres inférieurs.

 

 

Semelles Noene Invisible sos 1

Semelles Noene Invisible sos 1

Semelles bientôt en test

Aujourd’hui je les ai ajustées à une de mes paires de baskets. J’ai été tout de suite à l’aise pour marcher avec. Dans les jours à venir je vais les tester lors de mes sorties afin d’observer comment mon genou réagit et quels seront les bienfaits concrets sur ma vieille « blessure de guerre » 😉

Je me réjouis de pouvoir vous en dire plus, surtout lors de mes sorties longues sur route !


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Sur Facebook & Instagram

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Etre fort mentalement

Etre fort mentalement est-il inné ?

Un mental fort est-il inné ? C’est une question qui m’est souvent posée dans mon job de coach. Comme, peut-on le développer, le renforcer ? Et comment devenir fort mentalement ?

Le sujet est vaste et mériterait plusieurs livres à écrire en collaboration avec des neurologues, coachs sportifs, psychologues et sportifs pour les témoignages 😉 Cependant voici des grandes lignes :

On naît fort mentalement ?

Non, la force mentale n’est pas innée. Elle s’expérimente, se travaille et se développe. Certaines personnes pensent qu’elle est innée car elles ont cette impression d’avoir toujours eu du mental. Cependant grâce à une introspection elles constateraient que c’est leur vécu qui a renforcé leurs capacités. Comme un sportif devient plus fort musculairement, plus souple, plus rapide, plus endurant ou meilleur techniquement car ses années de pratique et d’assiduité l’ont aidé, le mental se bosse. Dans leurs expériences elles ont par exemple des parents qui leurs ont montré une certaine façon de vivre, ne pas baisser les bras, voir les soucis sous divers angles pour trouver des solutions. Elles ont été encouragées, soutenues et ont bénéficié d’une bonne estime d’elles-mêmes. Ou au contraire la vie a peut-être été dure avec elles et du coup elles ont appris à se battre pour ne pas sombrer. La pratique intensive d’un instrument de musique (par exemple), une certaine discipline ou bien avoir fait du sport dès leur plus jeune âge ont contribué à développer certaines capacités mentales.

Comment développer ses forces mentales ?

De mon expérience avec mes clients, il est important tout d’abord d’accepter que nous ayons un cerveau et qu’il nous est essentiel 😉 Qu’il « suffit » de s’en servir pour en tirer des bénéfices mais que cela peut aussi prendre du temps. Une préparation mentale de qualité prend plusieurs mois pour des objectifs précis.

Plusieurs voies sont possibles : méditation, sophrologie, hypnose, PNL. Cette dernière étant mon outil de prédilection.

Pour ma part j’utilise beaucoup la visualisation que j’associe aux ressentis, ainsi que le dialogue interne et la gestion des pensées.

Etre fort mentalement

Etre fort mentalement

Visualisation

Savoir jouer avec ses images internes (ce que nous voyons dans notre tête) est un formidable déclencheur de ressentis positifs. Imaginez-vous en train de vous détendre dans un lieu que vous appréciez particulièrement… ça fait spontanément du bien. Le sourire apparait. Les soucis perdent de l’ampleur etc… Bien sûr, je vous fais ici un cours résumé, mais c’est l’idée de la visualisation. Vous pouvez changer les couleurs, les dimensions, les perspectives, la taille des images, accélérer ou ralentir votre film en interne et observer ce que cela change en vous. Si vous vous voyez réussir votre marathon avec des objectifs réalistes et réalisables, vous vous regardez courir, passer la ligne d’arrivée, prendre du plaisir… vous vous donnerez plus de chance d’atteindre votre but.

Dialogue interne et pensées

Comme la visualisation, votre dialogue intérieur (la manière dont vous vous parler, les petites phrases assassines que vous pouvez vous dire ou celles qui vous boostent) est capital pour réussir vos projets de course à pied. Pour celles et ceux qui pratiquent les épreuves d’ultras sur route ou en nature connaissent certainement ce moment où ils se disent qu’ils seraient mieux devant la télé avec une pizza et un verre de Montepulciano. A ce moment-là, ça commence à devenir mentalement critique et le point de rupture est en approche. En vous étant préparé à cette éventualité vous saurez changer rapidement votre mode de dialogue pour le rendre positif et garder le cap.

Auto-hypnose

Etre en état d’hypnose est tout à fait naturel. Les hypno-thérapeutes pourront vous renseigner sur le sujet. Nous sommes plusieurs fois par jour dans cet état. Nous ne le remarquons pas toujours. Cependant, c’est aussi particulièrement utile de pouvoir s’y plonger volontairement afin de mieux gérer la douleur, la fatigue, le manque de patience, le stress, le doute… Durant mes sorties longues j’atteins ce stade de conscience modifiée en comptant mes foulées jusqu’à 4… 1, 2, 3, 4… et je recommence le nombre de fois nécessaire pour me déconnecter de ce que je vis consciemment. Cela demande de la pratique mais tentez l’expérience qui peut vous être grandement utile surtout quand vous trouvez le temps « un peu long ».

Ressentis

Ces quelques outils ont pour but de garder un mental fort et par répercussions de vous sentir bien dans votre pratique. Vous savez switcher de pensées négatives en positives, vos images internes sont plus grandes, plus lumineuses, plus colorées. Votre dialogue interne est motivant. Ce que vous ressentez est plus agréable. Vous vous sentez plus en confiance, plus fort et plus lucide.

En résumé

  • Le renforcement du mental se travaille, s’entraîne.
  • Vous pouvez utiliser différentes techniques, méthodes.
  • Vous avez la capacité d’agir sur vos pensées, vos images, votre dialogue avec vous-même.

Des références utiles

Mon site sur le coaching Stéphane Abry Coaching

La page Facebook du Dr Bernard Anselem

Le site de l’école de Kevin Finel


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/abrystephane

Instagram : instagram.com/steabry

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

NOENE INVISIBLE SOS1

Améliorer sa performance sportive avec des semelles running

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous les bienfaits des semelles running de NOENE. Ce matériau viscoélastique est capable d’absorber les vibrations néfastes qui sont générées à chaque foulée par l’impact du pied contre le sol. Il aide ainsi à réduire la surcharge des articulations, des tissus et des muscles, et par là même à éviter des douleurs et des lésions plus ou moins graves. Visionnez cette vidéo pour vous en faire une idée plus précise 😉 !

Des semelles amortissantes avec des semelles orthopédiques ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le fait d’utiliser des semelles orthopédiques n’est pas incompatible avec l’utilisation de semelles amortissantes de type NOENE. Dans mon cas, j’ai choisi les semelles INVISIBLE SOS1, qui font seulement 1 mm d’épaisseur ! Elles sont très pratiques car je peux les glisser sous mes semelles personnalisées.

NOENE propose aussi des semelles running UNIVERSAL NO2, de 2 mm d’épaisseur, qui peuvent être combinées avec des semelles orthopédiques ou remplacer les semelles d’origine des chaussures.

Et pour les sportifs qui ne portent aucun type de semelles, NOENE dispose aussi de modèles ergonomiques comme les ERGOPRO AC+ qui offrent une plus grande stabilité grâce à leur soutien spécifique pour la voûte plantaire.

Des semelles pour réduire la fatigue

Les semelles running OPTIMUM OFP2 sont aussi l’un des produits NOENE qui m’ont le plus surpris. Elles sont dotées d’un tissu haute technologie NEXUS Energy Source qui, d’après ce que j’ai pu voir, stimule la circulation du sang et l’oxygénation du corps. Il va falloir les essayer 😉


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/abrystephane

Instagram : instagram.com/steabry

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions et sur Amazon

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie

Lac de Morat

Tour du lac de Morat

Le tour du lac de Morat, j’y pensais depuis déjà un moment. Mais comme j’avais fait une pause durant environ 4 mois, j’attendais le bon moment pour le réaliser. C’est chose faite !

Ce matin j’ai quitté Sion avec ma super copine Lolita qui m’a accompagné à vélo durant les 25 kilomètres. Nous sommes partis de Faoug. Le départ a été donné en direction de Morat (sens inverse des aiguilles d’une montre). Comme c’était la première fois qu’elle accompagnait un coureur, nous nous sommes mis ok sur 2-3 principes de bases et pour le reste nous avons expérimenté au fil des kilomètres.

Lac de Morat parcours

Lac de Morat parcours

Evidemment avec un très joli soleil, il y avait beaucoup de monde et par endroit il fallait nous faufiler entre les promeneurs. Ambiance très calme. Jolis paysages et entretien des chemins parfaits ! Seul hic, un assez long passage sur la route du lac avec quelques endroits par très confortables. Pas de trottoir, pas de piste cyclable. Lolita s’est placée derrière moi avec son t-shirt jaune pétant afin que nous soyons bien vus par les automobilistes. Mais aucun souci : il suffit d’un petit signe de la main pour remercier ceux qui s’écartent et vivre la route en harmonie. Cependant j’étais soulagé de retrouver les chemins du bord du lac.

Super moment à une moyenne de 10 km/h. Des discussions et de beaux fous-rires surtout sur les derniers kilomètres avec l’effet des endorphines !

Sinon, j’ai avalé 3 gels et descendu quasi 1.5 litre de boisson iso Powerbar. Je tairai le repas de récupération qui a suivi pour ne pas choquer mes ami(e)s sportif 😉

Un autre tour de lac est prévu. Je vous laisse le découvrir prochainement !

Tour du lac de Morat

  • 25 km
  • Chemin et route
  • Facile (plat)

#1 #shakezvotrevie


Partageons sur les réseaux sociaux

reseaux-sociaux

Facebook : www.facebook.com/abrystephane

Twitter : twitter.com/StephaneAbry

Linkedin : www.linkedin.com/in/stephaneabry

Pinterest : www.pinterest.com/stphaneabry

Instagram : instagram.com/steabry

Google+ : plus.google.com/u/0/+StéphaneAbryCoaching

Livre

« N’oublie pas pourquoi tu cours » Jacques Flament Editions

Hashtags

#ultrabry #entreprunner #shakezvotrevie