Fin sida stephane abry 1

STEP UP for the END of AIDS

Fin du SIDA : 1ère course connectée lancée par la startup genevoise Blisport et ONUSIDA

La première course connectée STEP UP for the END of AIDS est née d’une collaboration entre ONUSIDA et la start up Genevoise Blisport afin de soutenir les objectifs 90/90/90 du programme des Nations Unies sur le SIDA (ONUSIDA) qui ont pour but de stopper l’épidémie en tant que menace mondiale sur la santé publique d’ici à 2030.

90-90-90: Une cible ambitieuse de traitement pour aider à mettre fin à l’épidémie du sida

A l’horizon 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique. A l’horizon 2020, 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable. A l’horizon 2020, 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

C’est à travers plusieurs évènements sportifs connectés impliquant des individus et les entreprises que STEP UP for the END of AIDS a pour ambition de communiquer sur le projet 90/90/90 et de lever des fonds du secteur privé.

Fin sida stephane abry 2Première course connectée à travers le globe

Le premier évènement aura lieu le 28 novembre prochain et permettra à des sportifs du monde entier de défier leurs amis ainsi que des athlètes de renom lors d’une course charitable connectée.

Le concept est simple, pas de ligne de départ ni d’arrivée : tout ce qui compte est d’achever l’activité dans les 24 heures imparties avec une des montres ou applications compatibles avec la plateforme Blisport. Le participant choisit l’endroit, l’itinéraire, le rythme et les éventuelles personnes avec qui il souhaite le faire et la rétribution de solidarité qu’il désire verser.

A cet effet, un site web a été lancé : www.stepup-endaids.com

Photo Anthony Anex - Keystone

Kilian remporte Sierre-Zinal 2015

La Course Sierre-Zinal aussi appelée la Course des cinq 4000, a souvent été considérée comme l’une des plus belles courses de montagne du monde. Elle est aussi la doyenne des grandes épreuves de montagne d’Europe. Sierre-Zinal, au cœur des Alpes valaisannes, présente un parcours très engageant : 31 km, 2200 mètres de montée, 800 de descente

Kilian Jornet a remporté en 2h33’13 la 42e édition de Sierre-Zinal. Le Catalan fête sa 4e victoire dans l’épreuve. Le Colombien William Rodriguez et l’Anglais Rob Simpson complètent le podium. A savoir que Joe Gray avait mené durant les 2/30 de la course

Chez les dames, la Kényane Lucy Murigi s’est emparée de la victoire et a relégué sa dauphine, l’Américaine Megan Kimmel, à six minutes.

Podium Sierre-Zinal 2015 hommes :

1) Kilian Jornet en 2H33’13”
2) William Rodriguez 2H33’17”
3) Rob Simpson 2H33’34”

Podium Sierre-Zinal 2015 femmes :

1) Kényane Wambui Murigi en 2H56’40”
2) l’américaine Megan Kimmel en 3H02’40”
3) Elisa Desco en 3H03’08”

Pour aller plus loin :

Résultats complets

Site officiel Sierre-Zinal

Crédit photo Anthony Anex – Keystone

Tour-de-Suisse-Challenge-Blisport-J-moins-3

Tour de suisse en courant – Challenge Blisport « J » moins 3

Actu du jour

Encore des détails à peaufiner pour la pause des logos, une séance de coaching course à pied avec une cliente et environ 3 millions de coups de téléphone

Préparation physique

Je continue à faire mes mesures EDEL avec le matériel et l’application de O2score et cela me permet de comprendre concrètement où en est ma récupération.

Préparation mentale

Je persiste et signe à travailler sur une approche festive de ce Tour de Suisse en Courant et à me programmer pour me focaliser sur ce défi, et uniquement sur ce défi, durant 15 jours.

Préparation logistique

Les bonnes nouvelles arrivent jusqu’au dernier moment. Par exemple l’hôtel Freieck à Coire va nous accueillir chaleureusement lors de notre passage dans le canton des Grisons.

Préparation médiatique

Quand je vous dis que les bonnes nouvelles pleuvent (un peu comme la météo que nous risquons d’avoir les premiers jours), le journaliste Julien Wicky du Nouvelliste va nous accompagner dans la montée entre Brig et le Nufenen lundi 1er juin. Nous vous tiendrons au courant de la publication.

Préparation technique

Si plier les vêtements dans des sacs de sport Powerbar est une préparation technique… alors j’ai du boulot.

Team Univers Running

 

team ur

C’est avec grand plaisir que je vous annonce mon arrivée au sein du team Univers Running !

Un nouveau partenaire à mes côtés afin d’aller plus loin dans l’ultramarahon et vivre avec l’équipe de belles aventures et du partage.

Restez connectés et avec Univers Running nous vous tiendrons informés des nouveautés et évènements à venir.

 

 

Changez les lieux de l’expérience

 

 

 

stephane abry rts 100 km bienne

Que ce soit pour la course, pour votre activité professionnelle ou encore dans votre vie de tous les jours, avoir la capacité de changer l’expérience de lieu, la dévelopepr et s’amuser avec est très utile pour changer votre ressenti et évidemment voir (vivre) la réalité différemment.

L’idée est simple, il vous suffit de changer le décor de ce que vous avez vécu, de ce que vous vivez ou que vous vivrez. Exemple, imaginez un coureur tel que Haile Gebreselassie en train de courir au marathon de Berlin. Habillons-le en bleu (short, t-shirt et baskets). Voyez-le de profil. Regardez-le courir et changer le décor ! Imaginez-le courir maintenant dans le décor de Dubaï (toujours en bleu de profil, il court et ce n’est que le décor qui change). Et ensuite faites-le courir dans des dunes, dans la boue, dans la jungle, dans une rue de New-York entre les voitures, dans un champ de blé… Chaque nouveau contexte apportera son lot de surprises. Vous verrez le « roi » par moment en difficultés ou au contraire au top de ses possibilités.

Lorsque nous changeons le contexte, nous changeons l’expérience. En changeant la température, en passant nos images internes (ce que nous imaginons dans cet exemple) par le filtre de la lumière (jour/nuit), en ajoutant des objets dans le décor etc… nous changeons évidemment notre représentation qui va influencer nos états internes (sensations du corps) et nos comportements.

Faites évoluer et jouer avec les images dans lesquelles vous êtes en scène pour faire évoluer positivement vos pensées, vos ressentis et vos performances physiques. Il n’y a rien de magique, c’est juste naturel !

 

mental1

Réactivez, déclenchez

mental1Suivant vos buts recherchés dans une course (juste participer, établir un chrono, améliorer un temps, être sur le podium, se tester avant une course plus importante…) n’attendez pas le début des douleurs, les complications physiques ou les pensées négatives pour enclencher vos stratégies mentales. Soyez prêts à vivre ce que j’appelle « le contrat de mariage » c’est-à-dire être capable de vivre le meilleur comme le pire.

Dès votre échauffement réactivez ce que vous avez travaillé mentalement à l’entraînement. Maintes fois vous avez programmé une stratégie de réussite, vous avez trouvé des ressources mentales, vous vous êtes découvert des habiletés mentales, vous avez travaillé pour que durant vos compétitions il y ait une harmonie entre votre corps et votre esprit. C’est donc le moment de vos y replonger sans « prise de tête » juste une immersion positive en vous. 

Réactivez, déclenchez vos stratégies mentales positives pour vivre le mieux possible votre course de A à Z !

patience

Patience

patienceJe ne suis sûr de rien, mais je suis certain que la course à pied, l’ultramarathon, m’a permis de développer beaucoup de patience. Cela m’a aidé à combattre l’ennui, à accueillir ma solitude interne et à faire face au découragement dû aux nombres d’heures de foulées enchaînées sur l’asphalte. Le champion suisse de marathon Tarcis Ançay me confirmait lors d’une discussion très passionnante la difficulté à tenir sur certaines courses à cause de la répétition du geste.

Sur route la foulée reste globalement la même. La position des bras varie peu. C’est une sorte de mouvement perpétuel et cette mécanique du geste malgré sa dimension hypnotique est aussi un formidable « tue la patience ». Dès lors, les pensées négatives débarquent (encore combien de temps ? C’est long ! C’est encore loin ? Je traine, je n’en verrai jamais le bout…). Et quelques fois il arrive (surtout sur route et beaucoup moins en nature grâce aux changements de profils et de paysages) d’entrer tout simplement dans une phase d’ennui. Cette démotivation et ce désintérressement cesseront en acceptant que le chemin est tout aussi important que l’arrivée. Il vous faudra donc changer rapidement vos pensées afin d’optimiser votre patience, relativiser et retrouver autant du plaisir, de la sérénité et au final de la persévérance.

« La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force » (Plutarque)

Entraînez-vous

mental endurance

Enlevez-vous la croyance qu’il suffit de penser à un fait positif une ou deux fois pour que vous le soyez réellememt ou encore que cela vous permettra d’arriver à votre but avec aisance comme avec un coup de baguette magique. J’aimerais vous tenir un autre discours, vous dire que c’est suffisant, pas plus compliqué, qu’il suffit d’y croire… Si c’était aussi simple nous le saurions n’est-ce pas ?

Afin de renforcer votre corps et lui faire courir des dizaines de kilomètres par semaine, vous prenez le temps de vous entraîner. Vous alternez sorties courtes, fractionnés et sorties longues. Ainsi vous créez des habitudes d’endurance et de résistance. Vous modelez votre corps, vous optimisez votre respiration, vous engagez votre corps dans un processus d’entraînement à long terme. Vous « bouffez » du kilomètre pour être plus performant. Il en est de même quand avec votre club, votre coach sportif ou en solo vous travaillez les gestes fondamentaux de la course à pied qui vous permettent de gagner en efficacité. Le mot clé c’est la « répétition ».

Considérez dès aujourd’hui votre préparation mentale comme un autre entraînement pour vous habituez tout de suite à vous concentrer, à visualiser, à vous parler ou à répéter mentalement les phases de vos stratégies positives. Le mental se travaille comme l’entraînement physique ou technique. Nous en reparlerons !

Stéphane Abry

Centrez-vous sur vos pas

foules mizuno

« Etre dedans », « être dans la course » en d’autres mots, être concentré, focalisé sur sa séance d’entraînement ou sa compétition est, surtout pour une épreuve qui compte, capital. Même après un échauffement, il arrive que nous ne nous sentions pas dans la course. Nous cherchons nos marques, notre foulée, notre respiration, comment positionner les bras. Et puis l’esprit divague, zappe rapidement d’une idée à l’autre. Notre regard aussi est dissipé. Bref nous ne nos sommes pas dedans, nous manquons de concentration et c’est dans ces moments-là où nous nous demandons si nous ne ferions pas mieux de nous arrêter, marcher et rentrer à la maison.

NON ! Ne rentrez pas tout de suite et pensez à votre foulée !

Concentrez-vous sur vos pas. Pensez à vos poses de pieds, comment vous attaquez ou enroulez et la longueur de votre foulée. Ressentez le poids de votre corps à chaque foulée. Ne pensez qu’à vos pas quitte à passer d’une vision lointaine à un regard exclusivement centré sur vos baskets. Cela peut durer deux, cinq, dix minutes…

Quel sera l’effet ? Cela vous permettra de vous recentrer sur l’essentiel : vous et votre course !

runner1

Soyez le coureur que vous êtes

 

runner1

Cela parait tellement banal que d’être soi. Il est si évident que nous ne pouvons pas être à la place de quelqu’un d’autre. Comme personne ne pourra se mettre à votre place. Au mieux, par empathie elle essaiera de ressentir ce qui se passe au fond de vous.

En intellectualisant la situation que vous vivez elle pourra peut-être l’imaginer et se la décrire très précisémanet. Mais jamais nous ne pourrons nous mettre à la place d’un autre. D’ailleurs c’est tant mieux. Si quelqu’un arrivait à se mettre à votre place, vous, où seriez-vous alors ?

Vous pouvez si le cœur vous en dit jouer un rôle par moment. Il y a des périodes dans la vie où faire semblant peut nous être bénéfique ou nous sauver la mise…

En course à pied nous pouvons modéliser les meilleurs et c’est une technique particulièrement forte et intéressante pour celui qui veut progresser. En revanche vous ne serez jamais autant satisfait de vous qu’en étant qui vous êtes. Vous aimez courir à jeun le matin ? C’est parfait. Vous avez besoin d’un quart d’heure de plus que les autres pour vous échauffer ? Prenez donc le temps qui vous convient. Vous appréciez courir avec le ventre rempli ? Ne changez rien. Vous êtes plus frileux que la moyenne ? Alors continuer à mettre toutes les couches dont vous avez besoin.

Etre vous-même et rester vous-même vous permettront de prendre du plaisir dans votre activité comme bon vous semble et pas comme les autres aimeraient que vous en preniez.

Vous courrez en étant parfaitement en accord avec vous-même. Vous vous sentirez positivement responsable de ce que vous réaliserez et au final vous serez fier d’être resté le/la même en étant au plus proche de vos convictions et besoins.

Stéphane Abry